Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 15:53

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 12:13

Livre "Toxique Planète" de André Cicolella
ou "Le scandale invisible des maladies chroniques"

S'il n'y avait qu'un livre à lire dans notre vie, je pense que cet ouvrage serait un bon choix !
Quoi de plus important que notre santé ! La quête du bonheur passe d'abord par le bien être du corps et de l'esprit. C'est la fondation de base.

Le livre d'André Cicolella est extrêmement documenté, et de plus accessible au plus nombre.
Beaucoup d'exemples viennent illustrer ses propos.

N'oublions pas !   "La maison brûle et nous regardons ailleurs".
Le "nous" c'est chacun d'entre nous.


Editions du Seuil 2013 -  309 pages

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 10:00
vignoble alsacien  

Aucun extraterrestre n'a débarqué sur Terre depuis le dernier article publié le 28 juillet (de je ne sais pas quelle année!).

Aucun doute, plusieurs années se sont écoulées, c'est à dire une goutte d'eau dans l'océan, à l'échelle de l'histoire de l'Univers.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 14:29

Ce livre écrit, il y a près de 40 ans, n'a pas perdu de sa fraicheur. En effet, le passé et le futur s'y cotoient, la science-fiction se mêle à l'Histoire.

Erich von Däniken transmet sa passion des sciences et fait la démonstration de la presque certitude de la venue d'extraterrestres, sur notre planète, dans les temps passés. Les indices, les écrits, les traces ne manquent pas.

Patiemment, avec la modestie de l'inspecteur Colombo, l'auteur les recense, les déchiffre, les analyse afin d'étayer sa thèse. On ne peut rester indifférent à ces nouvelles hypothèses qui, à défaut de preuves irrévocables, bousculent néanmoins, beaucoup d'idées reçues.

Un enquête du passé à la sauce du futur à lire absolument !

Edition Robert Laffont 1969

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 12:26

undefinedUn conte moderne, à la fois poétique et philosophique avec des décors couleur "Dickens" et un humour très présent. Mathias Malzieu avait déjà prouvé son extrême sensibilité et son besoin d'associer le rêve à la vie. Ce livre nous le confirme. A lire absolument ! 

Plus infos :
http://www.myspace.com/lamecaniqueducoeur

Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 08:26

 

D'ici à la mi-juin, la France aura importé d'Espagne plus de 83 000 tonnes de fraises. Enfin, si on peut appeler "fraises " ces gros trucs rouges, encore verts près de la queue car cueillis avant d'être mûrs, et ressemblant à des tomates.
 
Avec d'ailleurs à peu près le goût des tomates... Si le seul problème posé par ces fruits était leur fadeur, après tout, seuls les consommateurs piégés pourraient se plaindre d'avoir acheté un produit qui se brade actuellement entre 2 et 3 euros le kilo sur les marchés et dans les grandes surfaces, après avoir parcouru 1 500 km en camion. À dix tonnes en moyenne par véhicule, ils sont 16 000 par an à faire un parcours valant son pesant de fraises en CO2 et autres gaz d'échappement. Car la quasi-totalité de ces fruits poussent dans le sud de l'Andalousie, sur les limites du parc national de Doñana, près du delta du Guadalquivir, l'une des plus fabuleuses réserves d'oiseaux migrateurs et nicheurs d'Europe.
 
Il aura fallu qu'une équipe d'enquêteurs du WWF-France s'intéresse à la marée montante de cette fraise hors saison pour que soit révélée l'aberration écologique de cette production qui étouffe la fraise française (dont une partie, d'ailleurs, ne pousse pas dans de meilleures conditions écologiques).
 
Ce qu'ont découvert les envoyés spéciaux du WWF, et que confirment les écologistes espagnols, illustre la mondialisation bon marché. Cette agriculture couvre près de 6000 hectares,dont une bonne centaine empiètent déjà en toute illégalité (tolérée) sur le parc national. Officiellement, 60 % de ces cultures seulement sont autorisées ; les autres sont des extensions " sauvages " sur lesquelles le pouvoir régional ferme les yeux en dépit des protestations des écologistes.
 
Les fraisiers destinés à cette production, bien qu'il s'agisse d'une plante vivace productive plusieurs années, sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont placés en plein été dans des frigos qui simulent l'hiver, pour avancer leur production. À l'automne, la terre sableuse est nettoyée et stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyl et de la chloropicrine.
 
Le premier est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la couche d'ozone, signé en 1987 (dernier délai en 2005) ; le second, composé de chlore et d'ammoniaque, est aussi un poison dangereux : il bloque les alvéoles pulmonaires en entraînant de violentes douleurs. Qui s'en soucie ? La plupart des producteurs de fraises andalouses emploient une main-d'oeuvre marocaine, des saisonniers ou des sans-papiers sous-payés et logés dans des conditions précaires, qui se réchauffent le soir en brûlant les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers au coeur de l'hiver... Un écologiste de la région raconte l'explosion de maladies pulmonaires et d'affections de la peau.
 
Les plants poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des fongicides. Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié ont été installés de façon illégale, et dont 80 % tirent plus d'eau qu'ils ne sont autorisés à le faire : en moyenne 4 500 m3 par hectare. Ce qui transforme en savane sèche une partie de cette région d'Andalousie, entraîne l'exode des oiseaux migrateurs et la disparition des derniers lynx pardel, petits carnivores dont il ne reste plus qu'une trentaine dans la région, leur seule nourriture, les lapins, étant en voie de disparition.
 
Comme la forêt, dont 2 000 hectares ont été rasés pour faire place aux fraisiers. La saison est terminée au début du mois de juin. Les 5000 tonnes de plastique sont soit emportées par le vent, soit enfouies n'importe où, soit brûlées sur place. Et les ouvriers agricoles sont priés de retourner chez eux ou de s'exiler ailleurs en Espagne, pour se faire soigner à leurs frais après avoir respiré des produits nocifs.
 
La production et l'exportation de la fraise espagnole, l'essentiel étant vendu avant la fin de l'hiver et en avril, représente ce qu'il y a de moins durable comme agriculture, et bouleverse ce qui demeure dans l'esprit du public comme notion de saison. Quand la région sera ravagée et la production trop onéreuse, elle sera transférée au Maroc, où les industriels espagnols de la fraise commencent à s'installer.
 
Avant devenir de Chine, d'où sont déjà importées des pommes encore plus traitées que les pommes françaises...
 
 

 Pour info... à diffuser sans modération

HABITAT ET SANTE AU NATUREL

source du document : ECOVIE - http://www.ecovie.info

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 14:42

galaxie.jpg

La Vitesse du système solaire à l'intérieur de notre galaxie est de 900.000 km/h.

La taille de notre galaxie (la voie lactée) se compte en années-lumière :

                              10.000 (épaisseur)x 100.000 (diamètre)


1 année-lumière =   9.500 milliards km ou 63.000 fois la distance Terre-Soleil

c'est à dire qu'il faut 12 millions d'années à notre système solaire pour parcourir l'épaisseur de notre galaxie  et 120 millions d'années pour traverser le disque.

Que fait notre système solaire quand il arrive au bout ?

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 14:21

Hubert Reeves a rappelé à son auditoire, hier soir à Strasbourg lors de sa conférence "L'avenir de la vie sur la Terre", l'urgence à appliquer ce conseil "Faisons preuve de vraie intelligence".

L'homme est à la fois trop intelligent et pas assez !  il l'est suffisamment pour mettre en oeuvre des technologies complexes lui permettant d'aller sur la Lune (et d'en revenir). Il ne l'est pas assez car il prend le risque de compromettre sa seule maison d'habitation (la Terre) et plus grave encore la survie de son espèce.

Notre planète, elle, s'en sortira toujours. Elle a déjà survécu à maint cataclysmes dont le dernier en date, il y a 65 millions d'années, qui a provoqué l'extinction des dinosaures et de bien d'autres espèces.

En résumé, la course au profit et l'exploitation massive des ressources planétaires conduisent l'homme à sa perte, s'il ne change pas de cap. Ce n'est pas de la science-fiction, c'est un constat effectué par la communauté scientifique sur la base de l'ensemble des connaissances acquises.

Les solutions sont nombreuses. Chacun peut à titre personnel, consommer moins d'énergie, moins de viande (il faut 100 kg d'herbe pour faire 1kg de viande), moins d'eau, etc. chacun peut en faire l'écho à son entourage, sa famille, ses amis, ses collègues. Chacun dispose d'un droit de vote pour choisir des représentants politiques mettant en oeuvre des programmes de protection de l'environnement.

Les élus sont de plus en plus attentifs aux demandes des citoyens. Soyons Terriens !

Plus d'infos : site d'hubert Reeves,  Une vérité qui dérange, Fondation Nicolas Hulot, le
réchauffement climatique
,


Partager cet article
Repost0
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 15:04

Cavanna, c'est bien connu, il a toujours eu une grande gueule ! mais quel visionnaire !
Notre planète, c'est un peu notre mère nourricière à tous ! qu'en faisons-nous ?
nous la maltraitons, sans respect, sans scrupule, sans aucune générosité pour les générations futures.
La colère de Cavanna est vive mais ô combien exemplaire  ! la fin du livre est très pessimiste. Arriverons-nous, un jour, à une prise de conscience collective "mondiale" ?

Le livre a déjà 13 ans mais est toujours malheureusement d'actualité !

Les dessins sont de Cabu.

en savoir plus : François Cavanna

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 13:13

L'Homme n'est aujourd'hui guère plus intelligent que le premier Homo Sapiens, né il y a environ 2 millions d'années. Cavanna dépeint, avec sa verve habituelle, avec beaucoup d'humour et de férocité, la genèse de la société humaine et ses effets pervers. Le regard est sans concession.
Le livre a, sans aucun doute, une portée philosophique et sociologique, en dépit de sa simplicité apparente.
A lire, de toute urgence !

En savoir plus : François Cavanna

Partager cet article
Repost0

Planète Vie

Accroître la conscience planétaire, comprendre que notre planète est un ensemble vivant, un peu comme un corps humain dont les organes doivent apprendre à vivre ensemble, s'ils ne veulent pas compromettre son existence, est-ce là un objectif trop ambitieux ?

Rechercher

Pages Catego1

Catégorie D'article